Mar 19

Additifs alimentaires : quels dangers pour notre santé ?

Les additifs alimentaires que l’on retrouve hélas un peu partout dans notre alimentation, sont en ce moment au coeur de l’actualité. Plusieurs émissions de France 5 y ont été consacrées ces dernières semaines.

C’est suite à la diffusion de « La Quotidienne », à laquelle je vous avais invité sur la page Facebook qui traitait dans son dossier du jour de deux additifs particuliers : les arômes et les colorants, que j’ai décidé de vous faire cette vidéo.

Je reviens sur ce qui s’est dit dans l’émission et j’en profite pour aller plus loin au sujet des additifs.

De précieux conseils et les additifs à proscrire absolument sont à la fin de la vidéo.

Je vous parle également de trois ouvrages vous permettant de vous guider dans vos choix en faisant vos courses et d’aller plus loin sur le sujet des additifs si cela vous intéresse. Voici les liens (il s’agit de liens affiliés, cela signifie que si vous achetez l’un de ces livres via ce lien, je toucherai une petite commission qui me permettra d’entretenir ce site pour continuer à vous offrir un maximum de contenu gratuit, d’avance merci) :

Le bon choix pour vos enfants
Le Bon choix pour vos enfants, Collectif La Nutrition.fr 

Ed. Thierry SOUCCAR

 

 

 

Le bon choix au supermarché pour faire ses courses avec des produits sains et éviter ceux qui sont nocifs pour la santé

Le Bon choix au supermarché édition 2016-17, Collectif La Nutrition.fr

Ed. Thierry SOUCCAR

 

 

 

Le nouveau guide des additifs pour tout savoir sur les additifs alimentaires

 

Le Nouveau guide des additifs, Anne-Laure DENANS

Ed. Thierry SOUCCAR

 

 

Maintenant à vous de jouer ! Faites le tour de vos placards et sélectionnez rigoureusement les produits que vous achetez. Votre corps vous dira merci !

N’hésitez pas à laisser vos commentaires sous cet article et à le partager autour de vous !

N’oubliez pas de vous abonner à la page Facebook et à la chaîne YouTube pour être certain de ne manquer aucun article 😉

 

Fév 26

Smoothie tonique de l’hiver

Toutes les bonnes choses ont une fin, aujourd’hui est mon dernier jour de vacances 🙁.

Alors pour faire le plein de vitamines, de tonus et de bonne humeur pour la reprise rien de tel qu’un bon smoothie !

Voici mon coup de coeur en hiver, un classique que j’ai appelé le « Smoothie tonique de l’hiver » !

C’est un concentré de vitamine C, avec une faible charge glycémique (grâce à la présence des fibres), et un bon pouvoir alcalinisant (indice PRAL estimé à -10,6).

Il n’y a donc pas à résister à ce petit plaisir 😋 !

Personnellement j’aime les jus de fruits frais voire froids, si vous êtes comme moi mettez vos fruits dans un endroit frais de la maison (le garage par exemple) mais pas au frigo (qui fait noircir les bananes). Vous pouvez également mixer préalablement 1 ou 2 glaçons.

Ingrédients pour 2 personnes :

2 oranges

2 mandarines

1 banane peu mûre

1 kiwi

Presser les 2 oranges et les 2 mandarines au presse agrumes.

Verser le jus avec la pulpe dans votre mixeur, Blender ou Thermomix.

Ajouter la banane coupée en tranches et le kiwi en cubes grossiers.

Mixer le tout 15 à 20 secondes.

Servir et déguster.

A votre santé 😉 !

Fév 09

Vaccins : le Conseil d’Etat a tranché !

C’est une victoire pour tous les parents qui vient de tomber ce 8 février.

Le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative française, vient de rendre son verdict après sa saisie par Maître Bergel-Hatchuel suite au refus de sa requête de février dernier demandant à Madame la Ministre de la Santé le retour dans les pharmacies françaises du vaccin DTP.

Rappel des faits

A l’heure où j’écris ces lignes la Loi française impose aux parents le respect de 3 obligations de vaccination des enfants de moins de 18 mois : la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Depuis des décennies des enfants ont eu ce vaccin très important qu’est le DTP. C’était un vaccin très efficace, sûr, sans aluminium et peu coûteux (moins de 7 €).

Mais depuis 2008 plus aucun vaccin correspondant à ces seules obligations n’est commercialisé en France. Le seul moyen dont dispose les familles est l’Infanrix-Hexa, un vaccin contre 6 maladies (on a rajouté notamment le très controversé vaccin contre l’hépatite B ainsi que des adjuvants plus ou moins douteux comme l’aluminium dont la neurotoxicité ne fait désormais plus aucun doute). Comble de l’ironie ce nouveau vaccin coûte près de 50 €, soit 7 fois plus cher !

Face à ces inepties le Pr Henri JOYEUX s’est élevé contre cette injustice lançant en 2015 un grand manifeste, non pas contre la vaccination comme cela a été dit mais contre la vaccination inutile, et demandant un retour du vaccin DTP classique.

Sous l’impulsion du Pr JOYEUX et de l’IPSN (l’institut pour la Protection de la Santé Naturelle) une pétition a été lancée pour alerter la Ministre de la Santé de ce phénomène. Cette pétition qui a réuni plus de 800.000 signatures a été ignorée de la Ministre.

2300 citoyens se sont donc regroupés avec l’IPSN et ont formulé une requête auprès de la Ministre de la santé par Me Bergel-Hatchuel pour un retour à la disponibilité du vaccin DTP. Devant son absence de réponse valant refus ils ont saisi le Conseil d’État.

Et voici l’extrait du communiqué du Conseil d’Etat quant à sa décision de ce jour :

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux (Section du contentieux, 1ère et 6ème chambres réunies), sur le rapport de la 1ère chambre de la Section du contentieux

Séance du 16 janvier 2017 – Lecture du 8 février 2017

D E C I D E :

Article 2 : Il est enjoint au ministre des affaires sociales et de la santé, en l’état de la législation, de prendre des mesures ou de saisir les autorités compétentes en vue de l’adoption de mesures destinées à permettre la disponibilité de vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination prévues aux articles L. 3111-2 et L. 3111-3 du code de la santé publique, dans un délai de six mois à compter de la notification de la présente décision. 

 

Restez sur vos gardes !

En effet, à l’automne dernier, Madame la Ministre sentant le vent tourné a lancé une vaste concertation citoyenne au sujet des vaccins qui s’est avérée être une totale mascarade. Le rapport de cette consultation paru en novembre nous dit quand même page 27

L’élargissement du caractère obligatoire de la vaccination, assorti de conditions précises, est requis à titre temporaire pour reconquérir la confiance des citoyens au service de l’intérêt collectif

Comprenez  : pour reconquérir la confiance du peuple rendons obligatoire plus de vaccins ! C’est vrai que pour rassurer il n’y a pas mieux !

La Ministre pourrait donc lire entre les lignes la décision du Conseil d’Etat et contourner sa décision en rendant obligatoire, a minima, les 3 autres vaccins. La lecture du rapport laisse penser que c’est désormais 11 maladies qui pourraient faire l’objet de cette obligation pour tous !
Soyons donc extrêmement vigilants pour éviter qu’un nouveau scandale sanitaire n’éclate !

Dans l’attente de la suite des évènements, je vous invite à signer la pétition pour bloquer ce projet. Les élections approchent, faites vite il y a urgence.

Fév 02

Comment faire une crêpe partie « healthy » ?

Chandeleur, Mardi gras, froideur de l’hiver, convivialité, sont autant de bonnes raisons de succomber au plaisir d’une soirée crêpes en famille ou entre amis.

Contrairement à ce que l’on tendrait à penser une crêpe party peut tout à fait constituer un repas santé, à condition d’utiliser de bons ingrédients !

—> Du lait et des oeufs issus de la filière Bleu Blanc Coeur, ainsi que de l’huile de colza (prendre Fleur de colza de Lesieur qui est raffinée donc sans gout car une huile de colza bio ruinerait le goût les crêpes sucrées !) pour un apport optimal en omégas 3, vous savez ces très précieux acides gras anti-inflammatoires, bon pour le coeur et pour la ligne ;

—> De la farine complète avec un index glycémique plus bas et donc moins de répercussion sur la glycémie et le poids.

Il faut également savoir raison garder et ne pas abuser ! Si vous vous rendiez dans une crêperie consommeriez-vous 5, 6 crêpes peut-être même plus ?

Non, vous n’en consommeriez que 2 ou 3. Et bien à la maison c’est pareil !

Voici une proposition de menu pour une « crêpe party healthy » :

1 Galette de sarrasin « complète » avec 1 tranche de jambon, 1 petite poignée de fromage râpé, 1 oeuf au plat et si vous aimez quelques champignons de Paris frais

1 petite salade verte

1 ou 2 crêpes sucrées : chocolat noir (70% de cacao) fondu + 1/2 banane ou les quartiers d’1 orange pelée à vif (ou 1 de chaque pour les gourmands).

Vous avez ainsi un repas simple, gourmand, complet, peu acidifiant, à indice glycémique modéré et riche en omégas 3 !

Et pour cette soirée voici les recettes de pâtes à crêpes pour 4 personnes :

Galette de sarrasin (pour 4 galettes)

220 g de farine de sarrasin ou blé noir

50 cl d’eau

1 pincée de sel

Laisser reposer la pâte quelques heures au réfrigérateur

Crêpe sucrée (pour environ 10 crêpes)

2 oeufs

160 g de farine complète ou 145 g de farine complète + 15 g de Biomelin ou Linette ou farine de lin

35 cl de lait

1 cuillères à soupe d’huile de colza (Fleur de Colza de Lesieur pour sa neutralité !)

1 cuillères à café bombée de sucre complet de canne

1 pincée de sel

Crèpe sucrée sans lait et sans gluten (pour 6 crêpes)

2 oeufs

15 cl de lait végétal (amandes par exemple)

150 g de farine : 75 g maïs et 75 g châtaigne

1 cuillères à soupe d’huile de colza (Fleur de Colza de Lesieur pour sa neutralité !)

1 cuillères à café bombée de sucre complet de canne

1 pincée de sel

Bon appétit !

Jan 22

Découvrez 6 aliments puissants pour vaincre la grippe

Vous avez lutté, vous aviez verrouillé vos défenses et pourtant elle a réussi à s’installer : vous avez la grippe ! Il est désormais temps de combattre ! 

Dans cette bataille sans merci, votre alimentation sera un allié naturel de taille !

Voici les 6 meilleurs aliments anti-grippe.

1. Le thé

En cas d’épisode infectieux, une bonne hydratation tout au long de la journée est primordiale. L’eau sera notre premier allié.

Mais étant très riche en nombreux antioxydants le thé sera très utile tout au long de la journée.

Tous les thés sont riches en antioxydants, vous pouvez donc varier les thés (vert, noir, blanc, etc.) au gré de vos envies.

 

2. Les protéines 

Pour combattre le virus notre corps va déployer toute une armée : ce sont les cellules immunitaires (macrophages et lymphocytes). Mais pour fabriquer ces cellules notre organisme doit disposer de suffisamment de protéines. Si l’assiette ne lui en apporte pas assez il risque de puiser dans vos muscles, cela vous fragiliserait encore plus.

En cette période infectieuse les oeufs et les volailles, faciles à digérer (sauf intolérance aux oeufs) s’avèreront les plus indiquées (en privilégiant des produits issus de la filière Bleu Blanc Coeur, source naturelle d’omégas 3 (voir ci-après)).

 

3. Les fruits et les légumes frais

Une fois les cellules souches immunitaires fabriquées, un apport conséquent de vitamines A et C est nécessaire :

  • la vitamine A pour stimuler la multiplication des lymphocytes et leur différenciation. On la trouvera essentiellement dans la patate douce et les carottes. Ces dernières rendant aimable, sachant que la grippe rend ronchon, comme ça au moins vous ferez d’une pierre deux coups ;
  • la vitamine C va quant à elle stimuler l’activation des lymphocytes et nous aider à lutter contre la fatigue. Le pomelo, l’orange et le kiwi en seront les meilleurs sources.

 

4. L’ail

L’ail est un aliment dont les propriétés antiseptique, antibiotique et antifongique ont été démontrées par plus de 250 études scientifiques ! On attribue ses effets thérapeutiques à ses composés soufrés et notamment l’allicine qui lui donne son odeur si caractéristique.

 

 

 

5. Les omégas 3

Votre organisme va avoir besoin d’énergie pour se défendre. A ce titre les lipides constituent un excellentcarburant.

Mais ce n’est pas leur seule fonction : les lipides constituent la membrane de noscellules. La fluidité et la déformabilité de ces membranes sont indispensables, notamment pour la membrane des macrophages (cellules immunitaires qui « mangent » les agents infectieux). Or ce qui rend nos membranes fluides, ce sont les acides gras polyinsaturés (omégas 6 et 3).

On préfèrera néanmoins les acides gras omégas 3 à partir duquel notre organisme fabriquera d’excellentes molécules anti-inflammatoires (des prostaglandines et des résolvines). Des produits animaux issus de filière réintégrant les omégas 3 dans la nutrition des animaux seront à préférer. Du coté des huiles nous privilégierons l’huile de cameline, l’huile de colza (plus facile à trouver et à conserver) ou encore l’huile de noix. Un apport de 2 à 3 cuillères à soupe / jour est un strict minimum pour couvrir nos besoins !

 

6. Le bouillon de poulet

Lorsque vous consommerez un poulet prenez bien soin de conserver la carcasse et faites-là cuire avec les restes (os, peau…) dans une casserole d’eau bouillante avec une carotte, un navet, une branche de céleri, un oignon, du paprika, du sel, du poivre et un bouquet garni.

Ainsi vous préparez un bouillon délicieux, revigorant et riche en collagène et en L-glycine (un acide aminé stimulant nos défenses en agissant sur des cellules du système immunitaire).

BONUS – UNE JOURNEE ANTI-GRIPPE :

Petit-déjeuner : 

2 oeufs à la coque

le jus d’1 belle orange non traitée fraichement pressé

1 bol de thé

Déjeuner

Blanc de poulet

Purée de carottes, patates douces, ail frais et curcuma à l’huile de colza

1/2 Pomelo

Diner

1 bol de bouillon de poulet

1 kiwi

Jan 12

Grippe : tâchez d’éviter la bataille !

La grippe est là et bien là, aux portes de nos maisons. Les seuils épidémiques sont largement dépassés et pourtant elle n’en a pas fini de proliférer si l’on se réfère aux prévisions du célèbre réseau Sentinelles qui n’attend le pic épidémique qu’au cours de la semaine prochaine.

Que vous soyez vacciné ou non, il n’est pas trop tard pour mettre en place votre armée immunitaire !

La première chose à faire c’est le plein de vitamine C. Elle stimule la fabrication d’une puissante ligne de défense : les lymphocytes T. Pour cela rien de tel qu’un petit smoothie maison au petit déjeuner avec 1 orange, 1 kiwi et 2 clémentines. Le midi des betteraves en salade, des brocolis et des myrtilles (surgelées en cette saison). Au diner 1/2 pamplemousse.

Mangez également des protéines (2 oeufs ou 150g de viande blanche ou 180g de poisson) au cours de 2 repas, car ce sont elles qui servent à la fabrication des petits soldats immunitaires qui partiront au combat contre les virus en cas d’invasion !

Mais cela risque fort de ne pas être suffisant !

Foncez sans plus attendre chez l’armurier (à la pharmacie) le plus proche et procurez-vous les armes suivantes :

– un complément en vitamine D3 liquide. La vitamine D permet, entre autre, à notre organisme de produire des antibiotiques naturels que l’on appèle les AMP (peptides antimicrobiens). Elle est également nécessaire à la multiplication et à la différenciation des globules blancs. Prendre 4000 UI par jour jusqu’à la fin du mois de mars ;

– de la vitamine C à croquer, idéalement issue de l’acérola (petite cerise) à raison de 500 mg par jour ;

– du Zinc ! C’est LE minéral de l’immunité or la quasi totalité de la population française en est déficiente et ce malgré les fêtes (les fruits de mer et principalement les huîtres en étant les principales sources !). Demandez à votre pharmacien un complément de zinc apporté sous une forme bien tolérée et bien assimilée (citrate, glycinate, gluconate ou picolinate) en veillant à en avoir 15 mg par jour. Attention, en cas d’apparition de symptôme grippal cessez immédiatement sa prise car il favorise alors la croissance du virus si celui-ci a pu passer ;

– les effets bénéfiques des probiotiques pour le système immunitaire via leur effet favorable sur la flore intestinale, premier siège de l’immunité, ne sont plus à prouver. Une étude clinique a démontré qu’un supplément de probiotiques réduit de 2 jours la durée de la grippe et du rhume. Ainsi, certaines souches probiotiques telles que Bifidobacterium longum et Lactobacillus acidophilus sont capables de stimuler de manière dose dépendante la sécrétion par les cellules immunitaires d’une cytokine (sorte de messager) impliquée dans le recrutement et l’activation des macrophages lors d’une infection ;

– un complément associant le cyprès et l’échinacée sera également très utile ces plantes ayant des activités anti-virales et stimulantes de l’immunité.

Bonne chance soldat !

Jan 06

Vitamine D et bébé, une situation à clarifier

Le 21 décembre dernier un nourrisson est décédé après avoir reçu une dose d’Uvestérol D. Faut-il pour autant en déduire que la vitamine D est dangereuse pour les bébés ?

capture-decran-2017-01-06-a-10-09-58Vous l’avez très certainement entendu tant cette atroce nouvelle a fait le tour des médias : un nourrisson de 10 jours est décédé après avoir reçu une dose de vitamine D. Cette information a semé le doute dans l’esprit d’un certain nombre de parents quant à un risque de mortalité lié à la prise de vitamine D.

Voilà un raccourci bien maladroit et totalement infondé, le danger étant en réalité lié au mode d’administration du médicament et non au médicament lui-même comme certains médias ont pu le laisser croire en 1ère intention.

Pour celles et ceux qui n’auraient jamais utilisé le médicament incriminé
: l’Uvestérol D produit par le laboratoire français Crinex, celui-ci se présente sous la forme d’un flacon et d’une petite pipette graduée.

C’est cette dernière qui pose problème. Censée permettre de donner la bonne dose de produit directement dans la bouche du nourrisson, elle se révèle être dangereuse de par sa conception qui rend l’administration de ces quelques gouttes compliquées. Il est en effet quasi impossible pour le parent de contrôler la rapidité de l’administration du produit  contrairement à la progressivité que permettent les pipettes du Doliprane ou de l’Advil par exemple.

Même en suivant à la lettre les recommandations d’administration énoncées dans la notice du médicament le risque de fausse route est grand, je l’ai vécu avec ma petite dernière heureusement sans conséquence.

Pourtant un certain nombre de cas de fausses routes ou encore de malaises vagaux chez le nourrisson ont été rapporté entrainant la mise sous surveillance de l’Uvestérol D par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) en 2006. L’ANSM vient, enfin, d’engager une procédure pour suspendre à titre provisoire la commercialisation de l’Uvestérol D.

Le parent et le professionnel de santé que je suis, s’indigne qu’il faille forcément des morts pour que s’applique le principe de précaution dans notre pays.

Comment les autorités peuvent-elles laisser librement en circulation un médicament supposé dangereux, pour nourrisson qui plus est, pendant plus de 10 ans ? Voilà des questions auxquelles les responsables de la Santé dans notre pays vont devoir répondre.

La façon dont la nouvelle a été présentée initialement par certains médias a soulevé la question chez bon nombre de parents de savoir si la prise de vitamine D pouvait présenter un risque pour leur bébé ?bonhomme-blanc-3d-images-gratuites-libres-de-droits-creative-commons9

Assurément la réponse est NON.

Cette vitamine D nous la fabriquons au niveau de la peau sous l’influence des rayons UVB du soleil. Si nous la fabriquons c’est bien qu’elle nous est utile !

Pour l’enfant elle est même absolument indispensable. Le Dr Olivier COUDRON, médecin, professeur responsable des formations nutrition santé à l’UFR pharmacie de Dijon et fondateur du SIIN la présente comme : « La grande vitamine de l’enfance dont les besoins augmentent avec l’âge ». Il précise notamment que : « la vitamine D devrait être prise de façon quotidienne de la naissance à 18 ans ce qui, hélas, est trop rarement le cas. La prescription se limite beaucoup trop souvent à la 1ère voire la 2ème année de vie, mais trop d’enfants et d’adolescents n’ont aucune complémentation journalière ni annuelle ce qui est inacceptable ».

La vitamine D a des rôles largement prouvés, elle permet notamment :

  • une bonne absorption du calcium mais également du phosphore par l’intestin, ainsi que leur bonne utilisation par le tissu osseux pour une croissance osseuse de qualité ;
  • un maintien du taux de calcium sanguin normal.

Mais d’autres effets qualifiés « d’extra-osseux » sont désormais reconnus et documentés au niveau :

  • de la dentition ;
  • du muscle ;
  • du système immunitaire : une étude récente montre des effets protecteurs contre la grippe supérieur au vaccin infections ;
  • de système cérébral ;
  • un certain nombre d’études pointent également son rôle dans la prévention de certains cancers.

Malheureusement il n’est pas possible, notamment chez l’enfant et encore plus chez le bébé, de se passer d’une complémentation en vitamine D. D’une part parce que l’alimentation ne peut à elle seule couvrir les besoins, d’autre part parce que notre organisme ne peut la synthétiser que grâce au contact des rayons UVB du soleil sur la peau nue. Or on protège, et à raison, les bébés des rayons du soleil pendant leur(s) 1ère(s) année(s) de vie. De plus, sous nos latitudes, les rayons UVB sont suffisamment puissants pour déclencher cette synthèse que d’avril à septembre.

En pratique alors que faudrait-il faire ?

Si vous êtes en possession d’un flacon d’Uvestérol D les autorités recommandent, par prudence, de stopper immédiatement le traitement de votre enfant et de consulter votre médecin traitant ou votre pédiatre afin qu’il vous prescrive une autre forme. Sachez que d’autres formulations existent avec un mode d’administration sans risque puisque sous forme de gouttes à déposer sous la langue de bébé ou à diluer dans son alimentation notamment ZymaD et ZymaDuo (contenant en plus du fluor), disponibles sans ordonnance. Attention néanmoins car la posologie usuelle pour les bébés est particulière, un conseil par un professionnel de la santé est donc indispensable avant de les donner.

Vous pouvez également vous tourner en toute sécurité vers les compléments alimentaires contenant de la vitamine D, qui présentera l’avantage d’être naturelle, citons par exemple Vitamine D3 de Cell’innov, D3 Biane de Pileje ou encore Vitamine D3 liquide de LPEV.

Le seuil quotidien minimal dont devrait bénéficier un enfant de 0 à 18 ans est de 400 UI ou 10 μg.

Il n’existe pas de consensus en revanche sur la dose optimale ni sur les doses maximales dans la littérature scientifique à ce jour.

La dose de 1000 UI (25 μg) pour l’enfant est celle que l’on retrouve le plus communément dans la littérature scientifique.

A titre personnel j’utilise pour mes enfants et prescrit à mes patients en micronutrition Vitamine D3 liquide du laboratoire français LPEV, à la posologie de 1000 UI / jour soit 5 gouttes, mélangées dans l’alimentation du soir.

Si vous souhaitez réagir à cet article, ou obtenir plus de précisions sur ce sujet dans un nouvel article, n’hésitez pas à laisser votre commentaire !

Jan 02

Ma résolution : vous aider à prendre en mains votre santé !

Nous y voilà, nous sommes en janvier 2017 !

Alors tout d’abord, permettez-moi chère lectrice, cher lecteur, de vous souhaiter une merveilleuse année. Que cette année 2017 qui démarre vous apporte les réponses à vos questions, les solutions à vos problèmes, la joie, le bonheur, l’amour, la santé, et au-delà de cela la réalisation de tous vos projets, de vos rêves, et de toutes vos bonnes résolutions !

Ah ! Ces bonnes résolutions ! Elles hantent chaque début d’année depuis des décennies. Si vous lisez cet article, peut-être est-ce parce que trouver, retrouver, entretenir ou améliorer votre forme et votre santé font partie de cette liste de résolutions que vous vous êtes fixées ? Ou alors vous souhaitez retrouver la ligne ? Ou encore réduire votre stress ? Et vous vous demandez comment faire ? Vous êtes au bon endroit ! Vous trouverez sur ce blog au fil des semaines et des mois à venir des articles, des fiches pratiques, des outils pour vous apporter les réponses à vos questions afin de vous aider à tenir ces résolutions ou à relever ces défis.

En effet, force est de constater qu’à part quelques résolutions simplistes que l’on pourrait prendre en étant quasi certain de s’y tenir, les grandes résolutions, celles qui demandent des efforts, un investissement personnel, s’apparentent plus à des défis à relever qu’une simple check-list de chose à valider dans l’année.

Et bien moi aujourd’hui, conjointement à votre défi de prendre en main votre santé, je commence mon défi : le  lancement de ce blog !

C’est un projet que j’ai dans la tête et dans le coeur depuis de nombreuses années, mais qui tout aussi passionnant soit-il, présente tout d’un défi. Imaginez plutôt : regrouper, synthétiser, clarifier mes connaissances et mes nombreuses lectures pour les partager ici avec vous et ainsi vous accompagner à tenir vos résolutions « santé » ! Vous allez me dire : « ok, et il est où le défi là-dedans ? »

Et bien c’est un défi car cela va d’une part me demander beaucoup de travailler de temps, tout en exerçant une profession de santé en milieu libéral, et en étant l’heureux papa de 3 merveilleux enfants. D’autre part, et c’est probablement là que le bas blesse, comme bon nombre de personnes j’ai une fâcheuse tendance à procrastiner, c’est à dire à toujours remettre les choses à plus tard, qu’il va me falloir vaincre. J’ai suivi de nombreuses formations dont les contenus ne demandent qu’à être synthétisés, je suis abonné à un nombre conséquent de newsletters et de revues scientifiques qui ne demandent qu’à être lues avec attention. Et puis ce blog, qui ne demande qu’à vivre, bref il ne va pas valoir chômer mais cela va être très excitant !

J’ai démarré de nombreux projets dans ma vie, et je les ai bien souvent mis petit à petit de coté voire abandonnés. Ces projets devaient être trop personnels et superficiels pour être durables. Ce blog lui se veut altruiste. Je l’ai imaginé pour partager avec le plus grand nombre, des informations essentielles, souvent méconnues ou cachées, pourtant indispensables à une bonne santé. Je compte donc sur vous, sur vos commentaires, sur vos questions, sur vos envies, pour que ce blog vive grâce à vous, avec vous, et surtout pour vous.

J’aurais pu murir cette idée encore longtemps. Rester enfermer dans ma bulle sécurisée du perfectionniste ayant toujours une « bonne » raison de ne pas passer à l’acte. Puis j’ai reçu ce SMS d’un ami me souhaitant la bonne année en me citant le philosophe grec Epictète : « N’attend pas que les événements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive… Et tu seras heureux » . Alors j’ai décidé de lancer ce blog, en ce 1er janvier, comme un clin d’oeil sympathique du destin (oui bon ok on est le 2…).

Alors pour mener à bien ce magnifique projet,  j’ai décidé, un peu à la manière d’Olivier ROLAND auteur du blog Des Livres pour changer de vie, qui s’était lancé le défi de lire et de résumé pendant 1 an 1 livre par semaine dans le domaine du business, de me lancer dans le projet (nettement moins fou que lui) de publier au moins 1 fois par semaine, du contenu (article, vidéo, podcast, etc.) issus soit de mes connaissances personnelles, soit de mes lectures.

Je vous donne donc rendez-vous très vite pour le 1er article d’une (je le souhaite) très longue série !

A vous de jouer maintenant ! Dites-moi dans les commentaires ci-dessous quelle serait l’information que vous aimeriez connaitre pour améliorer votre forme ou votre santé.

Oct 25

Plan du site